Honte d’être Chrétien ?

L’information n‘a pas fait de bruit. Elle n’en est pas moins ahurissante tant elle dit la niaiserie et la naïveté de certains.

Figurez-vous que l’Association nationale des directeurs des ressources humaines (ANDRH) a proposé de « neutraliser » – ce sont ses mots – trois jours fériés « d’origine chrétienne » en les transformant en trois jours de congés à poser librement… Oui, vous avez bien lu : ces zigotos ont préconisé, en présence du ministre du Travail, Michel Sapin, de « neutraliser trois des six jours fériés d’origine chrétienne (Pentecôte, Ascension et 15 août, jour de l’assomption) afin que les salariés puissent les prendre comme ils le souhaitent ».

L’objectif, vous l’aurez compris, est d’en finir avec les « discriminations » qui frapperaient les salariés de confession musulmane ou juive notamment : ils pourraient ainsi célébrer leurs propres fêtes religieuses.

Que la France soit un pays de tradition chrétienne a manifestement échappé à nos spécialistes de ressources humaines. Qu’on puisse en avoir ras-le-bol de cette « honte de soi » qui semble gagner tout un pan de nos décideurs, grands et petits, ne semble pas davantage effleurer leur cerveau. Encore que, se rendant peut-être compte de l’énormité de leur proposition, les voilà qui calent à mi-chemin : nos DRH proposent en effet de conserver Noël, le lundi de Pâques et la Toussaint, qui revêtent, selon eux, « une forte dimension sociétale »

Puis-je me permettre une ou deux suggestions à l’Association des directeurs du personnel (appelons un chat un chat) ?

Il me semble que si l’on veut fêter Yom Kippour ou l’Aïd el Kebir, on peut toujours poser un jour de congé ou de RTT (et Dieu sait si l’on en compte dans notre bon pays…). Et puis pourquoi, tant qu’on y est, ne pas interdire l’arbre de Noël du personnel, à connotation chrétienne (dans bien des entreprises, la présence d’une Crèche étant déjà interdite, considérée comme une provocation). Sans parler des crêpes dégustées à l’occasion de la Chandeleur qui, je le rappelle à nos laïcards, commémore la Présentation de l’enfant Jésus au Temple de Jérusalem et la purification de sa mère, la sainte Vierge… Luc 2, 22.

J’imagine que notre ministre, présent lors de ces assises de l’Association nationale des directeurs des ressources humaines, a haussé les épaules devant de telles foutaises.
Quoique, à bien y réfléchir, je n’en suis pas si sûr…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *