Mièvrerie

robert-menard-constitution-France

François Hollande a donc proposé de supprimer le mot « race » de la Constitution, lors d’un meeting consacré à l’outre-mer samedi à Paris. C’était l’une des propositions de la Licra. Le candidat socialiste s’y est rallié.

J’en tombe des nues ! Ainsi donc, pour lutter contre le racisme – bien réel – il suffirait de supprimer le mot race qui, faut-il le préciser, n’apparaît que dans un seul article, l’article premier de la Constitution de 1958. Il précise que la République « assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion ».

Les mêmes socialistes, qui ont fait de l’antiracisme l’alpha et l’oméga de leur pensée « théorique » pendant 30 ans, oubliant les pauvres – qui le leur rendent bien -, nous expliquent maintenant, comme l’a fait le député de Corrèze, qu’il « n’y a pas de place dans la République pour la race ». Et dans la vraie vie ?

Répondre au candidat socialiste qu’il suffit qu’il se promène dans le monde – c’est vrai qu’il le pratique peu – pour que lui saute à la figure le contraire, ne servira à rien. On est là dans un discours d’une telle mièvrerie !

« Nous ne connaissons qu’une seule race, une seule famille : la famille humaine » : lancer une telle phrase dans un meeting, c’est sûr, vous faîtes exploser l’applaudimètre ! Maintenant, pour se colleter les problèmes du monde – et de nos banlieues – c’est une autre affaire… Mais que ne ferait-on pas pour quelques voix de plus…

Robert Ménard
vous recommande
cet ouvrage

Réagissez !